Syrie : vandalisé par des terroristes, le monastère Sainte-Thècle va rouvrir

Religion

2018-08-21 / www.aleteia.org.fr




Douze religieuses de Maaloula (Syrie) avaient été enlevées en septembre 2013 par le Front al-Nosra, un groupe lié à al-Qaïda, quand celui-ci avait envahi la ville. Elles avaient été relâchées en mars 2014 mais le monastère Sainte-Thècle était fermé au public. Ce lieu saint, qui renfermerait les reliques de sainte Thècle, devrait rouvrir prochainement ses portes au public.

 John Burger

 Après l’attaque djihadiste sur Maaloula (Syrie) et la capture, puis la libération en 2014, de douze religieuses, le monastère Sainte-Thècle pourrait rouvrir ses portes au public. Situé à 55 kilomètres de Damas, ce monastère syrien a subi de plein fouet le conflit entre les rebelles syrien et le régime de Bachar al-Assad. En septembre 2013, le Front al-Nosra, un groupe d’islamistes lié à al-Quaïda, a envahi la ville de Maaloula. Le monastère Melkite de Saints-Serge-et-Bacchus a été en partie détruit par les obus des tanks dont al-Nosra s’était emparé. 3.000 chrétiens ont quitté la ville, ne laissant que les musulmans, ainsi que les quarante sœurs du monastère Sainte-Thècle. Douze d’entre elles ont été prises en otages, puis libérées en mars 2014. La même année, la ville est libérée, et la reconstruction a pu commencer.

 « Maaloula renaît, l’Église renaît »

 « Tout le monde était très inquiet pour les sœurs ; tout le monde les aimait beaucoup », se souvientle frère Ilias Ades, chapelain du monastère. « Les paroissiens sont rassurés par leur chaleur spirituelle. Dès que j’ai su que la zone était libérée des terroristes, je suis revenu de Damas », ajoute-t-il. Selon lui, les travaux de reconstruction du monastère sont presque terminés. « Maaloula renaît, l’Église renaît, regardez tous les touristes qu’on a ! », s’exclame le frère Ilias Ades. « La Syrie redevient petit à petit un pays en paix. Comment ne pas se réjouir ? ».

 Chrétiens depuis les premiers temps de l’Église

 La ville de Maaloula, entourée de montagnes, a toujours été marquée par deux éléments : le christianisme et l’usage quotidien de l’araméen. La ville est en majorité chrétienne, principalement grecque-catholique et grecque-orthodoxe.

La ville garde une grande dévotion à sainte Thècle une disciple de saint Paul, dont l’histoire ne nous est connue qu’à travers les Actes de Paul et de Thècle, un apocryphe du IIesiècle. Selon ce texte, sainte Thècle était une jeune fille d’Iconium, qui fut si frappée par l’enseignement de saint Paul sur la virginité qu’elle refusa un mariage arrangé avec un jeune homme d’une famille riche, et s’enfuit.

Selon la légende locale, Thècle était poursuivie par des soldats qui voulaient la ramener chez elle de force. Elle pria Dieu, et un rocher se sépara en deux devant elle, lui permettant d’entrer dans une grotte où elle vécut le reste de sa vie. Ainsi naquit la gorge de Sainte-Thècle, qui se visite encore aujourd’hui. Il a même donné son nom à la ville : « Maaloula » qui signifie « entrée » en Araméen. Ses restes seraient toujours conservés dans le monastère.

Le culte de sainte Thècle a été supprimé par l’Église catholique en 1969, en raison de nombreux aspects légendaires de sa vie, mais elle est encore vénérée par l’Église orthodoxe. La sainte est si importante aux yeux des habitants, qued’après le patriarcat d’Antioche, même les musulmans viennent prier dans la grotte où elle a vécu.

HIGHLIGHTS


Top