Cancer du sein : l'immunothérapie, le nouvel espoir de l'arsenal thérapeutique

Research

2017-09-15 / www.depeche.fr




Moins invasive que la chimiothérapie, l'immunothérapie dans le traitement des cancers, notamment les plus avancés, représente un nouvel espoir majeur pour les femmes atteintes de cancer du sein. À quelques jours d'Octobre rose, mois de sensibilisaztion au dépistage du cancer du sein, le point sur cette technique qui consiste à faire reconnaître les cellules cancéreuses par le système immunitaire qui peut ainsi les combattre, comme un vaccin. 

 Comment apprendre au système immunitaire à lutter contre le cancer ? Cette approche thérapeutique est le nouveau cheval de bataille des chercheurs en oncologie qui accélèrent leurs travaux sur cette approche prometteuse, espérant sauver un plus grand nombre de malades.

En juin dernier, lors du congrès mondial sur le cancer à Chicago aux Etats-Unis, une équipe française de l'Institut Gustave Roussy de Villejuif (Val-de-Marne) a dévoilé un nouveau traitement par immunothérapie - le nivomulab - pour soigner les cancers dits "féminins", comme celui du vagin ou du col de l'utérus. Chez 70% des patientes, le traitement a permis de stabiliser la maladie. Pour 20% des femmes traitées, le cancer a même régressé.

Si l'immunothérapie offre également de bons résultats validés lors d'essais cliniques pour le mélanome de la peau, le cancer du rein et le cancer du poumon, les scientifiques visent désormais le traitement du cancer du sein, qui fait encore 12.000 morts par an France.

Les efforts se portent notamment sur les tumeurs agressives, comme les cancers triple négatifs, qui représentent 15 % des cancers du sein qui touchent des femmes plus jeunes, qui ne sont pas encore concernées par le dépistage.

Dans ces types de cancers, des réponses cliniques durables ont été observées chez des patients à des stades avancés, qui répondent mal à la chimiothérapie et qui ont développé des métastases, expliquent les chercheurs.

En ligne de mire des chercheurs, les nouveaux traitements qui débloquent les défenses immunitaires, appelées "check-points", suscitent beaucoup d'espoir avec des molécules comme anti-PLD1.

Misant sur l'essor de l'immunothérapie, l'Institut Curie prévoit d'ouvrir cet automne un centre d'immunothérapie des cancers pour accélérer la recherche sur de nouveaux traitements.

Les missions du centre, regroupant près de 100 scientifiques, consistera à mettre en place des essais précoces et étudier des combinaisons de traitements, découvrir de nouveaux biomarqueurs prédictifs du cancer et enfin comprendre les mécanismes d'action des immunothérapies et pourquoi certains patients y répondent et d'autres pas.

Pour l'heure, 20% des patientes répondent au traitement par immunothérapie, selon les spécialistes. 

HIGHLIGHTS


Top